Un bon condensé de Chine entre Chengdu, Xi’an et Pingyao

SONY DSC
On enfile des bonnes chaussures, on branche le radio-réveil, on ouvre grands les yeux et les oreilles et c’est parti pour une bonne semaine dans le « centre » de la Chine, entre les pandas de Chengdu, le grand moment du « Meetic » chinois en plein air, une armée enterrée de plus de 22 siècles à Xi’an, une randonnée-escalade dans l’une des 5 montagnes sacrées et un peu de repos dans la jolie ville de Pingyao… Bref, 100% Chine, 100% Anecdotes. Bienvenue dans notre quotidien.
x

x
Chengdu - Xi'an - Pingyao

Chengdu – Xi’an – Pingyao

3 régions, 3 villes, toutes bien différentes, avec chacune son lot d’aventures chinoises comme on les aime, entre les pandas, la fameuse armée enterrée, une montagne sacrée et une petite ville au charme fou…

x
x
x
x
x
x
x
x

Après les paysages magnifiques d’Avatar de Zhangjiajie, on reprend le train en direction de Chengdu, l’une des plus grandes agglomérations du pays avec plus de 14millions d’habitants. Attention le choc! C’est ici que vivent les pandas géants… L’aventure chinoise continue..!


x
x
x
x
6h du mat, on quitte notre petit hôtel de Zhangjiajie…
Au programme du jour : 10h de transport jusqu’à Chengdu, avec 2 trains
x
 x
Calés dans un coin...

Calés dans un coin…

Dans le 1er train – lent – nous n’avons pas de places assises, mais on se dégote un petit coin, pour les 3h suivantes, où l’on verra défiler quelques chinois venus étudier la faune occidentale. Ils sont curieux!

Alors qu’ils trouvent Manu immense, Nolwenn se fait prendre des mains ses mots fléchés, qui donnera lieu à nombre de commentaires – non sous-titrés- par les voisins d’en face. Après 5min, on daigne les lui rendre, sous son regard amusé.
x
x
2ème train – rapide – on se lance dans une séance de tri de photos tous les 2, mais… avec les commentaires des voisins, qui s’installent confortablement, pas gênés. L’un parle anglais et nous demande où se trouvent ces belles cascades, et si ce sont nos enfants (Sacha&Samson). Bon, on prend l’habitude, mais à petite dose !!
x
x
Notre voisin habite à Chengdu et souhaite nous conduire au métro (tout neuf! La classe!), nous offrant le ticket et nous accompagnant même jusqu’à notre destination avec la touche finale « Welcome to China« , qui fait chaud au coeur.
x
x
Le porc qui se transformait en champignons...

Le porc qui se transformait en champignons…

On retrouve une petite chambre douillette, notre havre de Paix dans ce pays – et on sort diner dans une petite rue. Sauf que tout est en chinois encore une fois… On tente un buibui avec photos, pensant commander du porc… mais en obtenant une assiette de champignons séchés. On aime ça heureusement !!!

x
x
x
x
x
x
La Chine c’est cher!
Côté visites et transport, on prend un peu cher… Les transports, ça s’explique par rapport aux distances parcourues, mais les visites, c’est un peu la mauvaise nouvelle. En moyenne, un parc se paie 200 yuans (presque 30€), un site culturel 140 yuans (20€). On arrive un peu à amortir avec les repas, bon marché et excellents dans la rue et petits restaurants. Et la bonne surprise, ce sont les promos hyper intéressantes de Booking côté logement. On a ainsi beneficie de -30% à -70%, permettant de loger dans des hôtels confortables (et anglophones!) pour 10-12€. Ouf!
x
x
x
x
x
Chengdu et ses pandas géants
x
Le lendemain, on part tranquillement visiter Chengdu. Une pause transport qui nous fait du bien!
x
x
Chengdu sous la pluie

Chengdu sous la pluie

Chengdu est une ville moderne, en pleine expansion. Un développement assez vertigineux pour nos yeux d’occidentaux, avec des grues partout, des buildings rutilants qui poussent comme des champignons, un métro tout neuf, qui ouvre des lignes tous les 6 mois.

x

x

x

x

Métro = tout neuf = contrôle à chaque station

Métro = tout neuf = contrôle à chaque station

Pour donner un ordre d’idée : la population a augmenté de 25% en 10 ans, passant de 9,5 à 14 millions d’habitants… Mais les espaces sont aérés et bien agréables!

x
x
x
x
x
x
x
x
On commence – sous la pluie – notre balade par le symbole de la ville : le Tianfu Square. Place centrale de la ville, immense, entourée de buildings, un musée et … une statue imposante de Mao. Welcome to China !
Dommage qu’on ne puisse pas l’observer d’en haut, le centre de la place est un immense signe Taichi (yin/yang).
x
Tianfu Square

Manu au Tianfu Square

x
x
On file en métro se balader dans un autre quartier, le long de la rivière Jin.
x
Pêcheurs en plein centre-ville de Chengdu, sur la rivière Jin

Pêcheurs en plein centre-ville de Chengdu, sur la rivière Jin

Pluie dans les rues de Chengdu

Pluie dans les rues de Chengdu

x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
Nous voilà agréablement surpris par le quartier, avec ses espaces, petits cafés et parcs.
x
x
4-chengdu
x
x
SONY DSCChangement d’ambiance, on débarque dans la rue Chonxi. Ici c’est 100% shopping. Des centres commerciaux partout. Impressionnant!
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
On se renseigne sur le prix des téléphones car les chinois en font d’excellents, à bien moins chers que nos amis Samsung & Apple. Manu, féru de smartphones, cherche du One Plus, Honor8 ou Xioami5. Nolwenn suit amusée les conversations par applications traductrices. On nous offre même un verre de jus d’orange, bonbons et conseiller particulier. Pas mal!!
x
Combien pour le Honor 8 ?

Combien pour le Honor 8 ?

Avez-vous le Xiao 5 en 64Gigas ?

Avez-vous le Xiaomi 5 en 64Gigas ?

x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
Thé au People's park

Thé au People’s park

On termine l’après-midi au People’s park, un parc normalement bien vivant mais malheureusement il se met à pleuvoir des cordes, on se réfugie dans une maison de thé, ça tombe bien, elles sont reconnues à Chengdu. On observe la vie, en terrasse, sirotant notre thé. C’est chaleureux, un vrai lieu de vie : on joue aux cartes, on se fait récurer les oreilles, etc… Bref, un délice pour nos yeux d’occidentaux.

x
x
x
x
x
Le soir, on tente de trouver un petit restaurant qui est reconnu pour sa fondue, spécialité du Sichuan. Mais… Nous n’avons pas noté le nom en chinois, et aucune enseigne ou carte n’est traduite en anglais… On fatigue. Pas facile de voyager en Chine! On aurait bien besoin d’un petit resto chaleureux après cette journée pluvieuse, et pourtant… On essaie de nous comprendre, on essaie de les comprendre, mais rien à faire, …
x
Fondue du Sichuan

Fondue du Sichuan

Finalement, on jette notre dévolu sur un restaurant qui semble faire des fondues, en demandant au hasard sur la carte. La restauratrice sent notre – petit – désespoir, et décide de nous choyer, … Quelle gentillesse. On se fera servir une… FONDUE! Bien pimentée comme il faut, avec un poisson succulent, on savoure… Et … On suspecte notre restauratrice de nous avoir fait payer la moitié du prix seulement… Ces chinois, ils sont vraiment accueillants.

x
x
x
x
x

Petit coup de fatigue

Sieste chinoise, on ne s'en lasse pas

Sieste chinoise, on ne s’en lasse pas

On rentre fatigués de cette journée. Le rythme de ces 2 premières semaines est assez effréné et rien n’est facile en Chine… On se lancera dans une discussion au sommet interminable, incapables de prendre une décision concernant le programme du lendemain : on va voir le Bouddha de Leshan ? Y’a 2h de bus aller, 2h de bus retour, ça coûte 90 yuans le trajet, et encore 90 yuans (12€) la visite. Grrrrr. On n’en peut plus des bus et des visites blindées de monde / groupes de chinois hystériques. C’est cher! Bon, on fait quoi ?

2h du mat, après une petite crise nerveuse qui se terminera en crise de fou rire, on prend conscience qu’on a besoin de faire un break. Tant pis pour le bouddha, on passera une journée de plus relax à Chengdu, qui nous plait et demain matin, on file voir … Les PANDAS. Ce pour quoi nous sommes venus …

x
x
x
x
x

Les pandas géants

x
x
5h30 le réveil sonne.
On a dormi 2h30… Mais pourquoi tant de haine envers le repos ??? Un panda, ça dort beaucoup, et si on veut le voir en action, il faut y aller au moment du petit déjeuner… Warrior ou pas warrior ?
x
x
Le panda géant ne vit que dans le centre de la Chine, dont la région principale est le Sichuan. C’est donc ici qu’un centre de recherche, classé à l’UNESCO, a ouvert, en 1987. Il ne reste qu’environ 2000 pandas géants dans le monde, qui vivent tous en Chine (à l’exception d’une 30aine dans les zoos du monde entier). C’est la raison pour laquelle nous sommes ici, à Chengdu !
Et on peut dire qu’on a adoré les voir… C’est vraiment une peluche vivante!
x
SONY DSC
x
Le panda est une espèce protégée car menacée de par son mode de vie : il a besoin d’espace et mange jusqu’à 20kg de bambou par jour. il lui en faut donc une grande quantité. Menacé aussi puisque pour se reproduire, il faut être motivés : le panda n’est pas trop porté sur la chose et la femelle ovule seulement quelques jours dans l’année!!!!
x
C'est parti !

C’est parti !

Et encore !

Et encore !

x

x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
Le panda, c’est l’animal emblématique de WWF, l’organisation internationale qui protège la nature. Et bien, bonne nouvelle, la veille de notre visite au centre de Chengdu, le panda est sorti des espèces en danger! Super!
x

SONY DSC

x
x
Le résultat des accouplements est juste ADORABLE : un bébé panda, c’est TROP mignon. On en a vu un de quelques semaines, la bouche grande ouverte, et certains un peu plus vieux, encore incapables de marcher, à faire fondre un gros glaçon. Impossible de ne pas succomber !!!
x
Bébé de quelques semaines

Bébé de quelques semaines

Bébés de quelques mois

Bébés de quelques mois

x

x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
Il pèse environ 100kg, pour 1m65. Il passe sa journée à manger du bambou et digérer, en somnolant dans des positions assez incroyables.
x
Ouf, ça commence à fatiguer...!

Ouf, ça commence à fatiguer…!

Epuisé d'avoir déjeuner...

Epuisé d’avoir déjeuné…

x

x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
On découvre aussi pour la 1ère fois les « red pandas« , entre un renard et un panda. Très étrange! Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, on pensait qu’ils appartenaient à la même famille que les pandas géants, mais en fait pas du tout. Pourtant, c’est vrai qu’ils se ressemblent pas mal!
x
5-5-panda-roux
SONY DSCx
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
Ah! Ces chinois!

Ah! Ces chinois!

Vers 10h30, nos amis les chinois commencent à être nombreux, avec leur inséparable perche à selfie, leur raclement de gorge, et les bousculades qui vont avec. C’est fou comme les chinois en visite sont insupportables, alors que ceux de la vie de tous les jours très accueillants, et même un peu trop relax (on marche plus vite qu’eux dans la rue, alors qu’on se fait marcher dessus en visite). A n’y rien comprendre. Normal, nous sommes en Chine.

x
x
x
x
On rentre donc dans notre nid vers 13h30. On se fait une bonne sieste de 3h, et on ressort le soir dans le même quartier commercial de Chunxi Lu. On dégote une vieille rue couverte, avec de nombreuses échoppes, Tangsong food street. Ambiance chaleureuse, tout est tentant! On se régale de xiaochi, ces petites bouchées de tout.
x
Choix Road by night

Chonxi Road by night

Xiaochis

Xiaochi

x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
On se fait accoster par une jeune étudiante qui vend un petit produit, massant. En répétant plusieurs fois dans un excellent anglais que Nolwenn a une peau magnifique, elle obtient son selfie, des sourires, et hop! Elle repart vendre – pour de vrai – son masseur électrique. Ils sont fous ces chinois.
x
x
x

Chengdu, encore !

x
Dernières heures à Chengdu, avant de prendre un train de nuit pour Xi’an, une autre mégalopole chinoise. On se la joue tranquille, comme prévu. Après une bonne grasse matinée, on sort sous un beau soleil, quel plaisir!
x
x
15-decathlon

A la poubelle !

On commence par aller au… DECATHLON ! Oui, il y en a en Chine, et on a tous les 2 bien besoin de changer de chaussures, qui sont usées, voire trouées! Et comme les chinois scotchent sur nos pieds, on a un peu honte (a posteriori, ils scotchent toujours sur nos chaussures, même neuves, un autre mystère chinois non élucidé).

x
x
x
x
x
x
Decathlon chinois

Decathlon chinois

Quel bonheur de se balader presque comme à la maison! Nolwenn se dégote une nouvelle paire, super confortable, à petit prix alors que Manu… Fait choux blanc! Bienvenue au pays des mini-pieds : presqu’aucune paire ne dépasse le 44 et monsieur fait du 46. Ah, ah! Le voilà frustré. On essaiera ailleurs…

x
x
x
x
x
x
Wenshu Yuan

Wenshu Yuan

On file visiter Wenshu Yuan, un quartier combinant vieilles ruelles reconstruites. C’est artificiel, mais c’est joli, et calme. On apprécie.

x
x
On y déjeune d’ailleurs un excellent repas – ne nous demandez pas ce que c’était.
x
x
x
x
On visite le temple Wenshu, temple bouddhiste, où l’on vient prier, faire du tourisme, du taïchi, ou encore prendre un thé dans les maisons accolées. Ça vit, et c’est bien sympas!
x
Maison de thé à proximité

Maison de thé à proximité

Wenshu Temple

Wenshu Temple

x

x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
On a encore un peu de temps, on file donc retenter notre chance au People’s park, sous ce beau soleil! Et là, on aura droit à des scènes de vie 100% chinoises, on s’est délecté !
x
Boum en plein air pour les + de 60ans

Boum en plein air pour les + de 60ans

Taïchi

Taïchi

x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
Badmington au pied

Badmington au pied

xxx

A gauche : Né en avril 1987, 1m63…

x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
Cherche belle-fille

Cherche belle-fille

Notre préféré : Meetic des parents en plein air : des parents viennent avec une petite affiche présentant leur progéniture, et un petit carnet pour noter les potentiels futurs belles-filles ou garçons. Juste génial. 1er critère:la taille, ensuite l’âge, le salaire, l’emploi. On en avait entendu parler, mais on avait du mal à concevoir. Enorme.

Et avec son mètre 92, Nolwenn n’a pas laissé trainer trop longtemps son Manu. L’affaire du siècle!
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x

La course au TGV …

Good bye Chengdu

Good bye Chengdu

Allez, on a bien trop marché, on rentre à l’hôtel, on récupère notre sac et on file à la gare indiquée par l’hôtel. On a pris 2h d’avance « au cas où ». Sauf que… Arrivés sur place 35min plus tard, l’officier tique sur notre billet, on ne parle pas chinois, il ne parle pas anglais, on fait comment ? Il appelle sa copine, qui a un traducteur sur son téléphone. On comprend que ça n’est pas la bonne gare. Quoi???

La tension monte. On sort le guide, on fait des gestes, on traduit par téléphone et on comprend qu’il faut aller à celle du Nord. On remercie, et on part en courant, il faut traverser toute la ville en métro. On a 1h ça devrait le faire.
On arrive donc en courant 40min plus tard, c’est bon, c’est la bonne et il y a peu de monde, on passe la sécurité rapidement, on avale un repas, et on fonce dans notre train de nuit. Ouf.
x
x
x
x
x
Demain matin, on se réveillera à Xi’an, une autre grande mégalopole chinoise, pour faire de nouveaux bons bains de foule entre la fameuse Armée enterrée et l’ascension d’une montagne sacrée… La Chine, ça n’est pas fini, loin de là!
x
x
x
xxx
Les toilettes en Chine… Il faut quand même qu’on en parle. On réfléchit d’ailleurs à faire un article : « les toilettes en tour du monde sans tabou ». Il y a du fond, à voir pour la forme…
x
10-2-clin-doeil-wcQuoi qu’il en soit, en Chine, nos passages aux toilettes furent des moments privilégiés, entre rencontres de 3ème type (avec/sans porte, avec/sans chasse d’eau), plus ou moins propres… Mais surtout, CETTE ODEUR ! Oui, en Chine, il y a des toilettes PARTOUT – c’est super – mais CA PUE. Pour les toilettes publiques, on pourrait comprendre, mais à notre auberge, c’était très étonnant. Surtout que celle-ci était très propre, toute neuve et que la femme de ménage nettoyait plusieurs fois par jours !
x
Mystère à demi-élucidé : on soupçonne nos amis chinois de myopie intense, entraînant de nombreux ratés (chez les femmes comme les hommes), décorant les cuvettes et WC turcs, ou encore un refus d’utilisation de la chasse d’eau… Etrange… Toujours est-il que nos passages aux WC furent un sujet de discussion quotidien « alors, c’était comment cette fois-ci ? »…
xxx
x
x
x
x
Xi’an, son armée enterrée et sa montagne sacrée !
x
Ahhhhh !

Ahhhhh !

12H30, nous arrivons à Xi’an, tout feu tout flamme. Pas mal la grasse mat’ dans le lit du train ! Cette fois-ci, on a explosé les compteurs : -70% sur Booking pour un vrai hôtel 3 étoiles, à 100 Yuans la nuit (13€). Et nous tombons de bonheur dans nos lits tout confort avec … des toilettes toutes propres rien qu’à nous. Yahla !

x

x

x

x

x

x

x

x

Xi’an, c’est l’une des 10 plus grandes villes chinoises avec près de 8 millions d’habitants. Ville moderne, avec un long passé historique (plus de 3000 ans !). Elle fut d’ailleurs la capitale de la Chine dès le Xème siècle avant JC.

Et surtout l’une des 4 Grandes Capitales Anciennes sous la dynastie des Qin et des Han – très importantes dans l’histoire de la Chine – au IIème siècle avant JC. A cette époque, elle marque le point de départ de la route de la soie… Rien que ça ! Ce qui en faisait l’une sinon la plus grande ville au monde avec plus de 2 millions d’habitants.

Xi'an - septembre 2016

Xi’an – septembre 2016

 

I can do it

I can do it

Une bonne douche plus tard, on part donc arpenter les rues de notre nouveau terrain de jeu… en commençant par… le DECATHLON ! Pas de chance, toujours très peu de 46… Un vendeur parle 2 mots d’anglais, nous permettant de comprendre que dans un autre magasin, nous devrions trouver notre bonheur. 30min de métro et 30min de marche. Allez, quand il faut…

x

x

x

x

x

x

x

Métro de Xi'an, same same but different (vs Chengdu)

Métro de Xi’an, same same but different (vs Chengdu)

Le métro de Xi’an est exactement le même qu’à Chengdu : moderne, rapide, facile d’utilisation. Tout explose ici, à une vitesse folle !

x

x

x

x

x

x

Un petit lotissement chinois

Un petit lotissement chinois

Les « lotissements chinois » nous donnent le vertige, avec leurs tours immenses, à perte de vue, et leurs petites sœurs en construction. Impressionnant ! On prend réellement conscience de la masse humaine chinoise. Et de la potentielle surpopulation mondiale… Ils sont nombreux, et il faut les loger, la Chine construit partout, depuis des décennies, des « lotissements » (en train, nous voyions défiler les tours, et les grues des tours en construction). Ca donne le vertige…

x

x

Et sinon, tu connais ta station de métro ?

Et sinon, tu connais ta station de métro ?

Pas de chance au DECATHLON, il doit y avoir une erreur, mais il n’y a pas de 46 pour Manu, qui fulmine. On tombe sur un vendeur très gêné, qui fait son possible pour calmer la mauvaise humeur de notre grand bourru. Il nous propose même une bonne réduction sur un autre modèle. Mais non, bourru un jour, bourru toujours. On repart bredouilles. Et fatigués de marcher dans le vide !

x

x

x

x

x

On retourne dans l’hyper-centre de Xi’an, la place de la tour de la Cloche datant du XIVème siècle. L’ancien et le nouveau se marient plutôt bien, avec les centres commerciaux et une esplanade moderne.

Esplanade

Esplanade

Coucher du soleil sur la tour de la cloche

Coucher du soleil sur la tour de la cloche

x

x

x

x

x

x

x

On fonce d’ailleurs dans l’un de ces centres commerciaux, afin de continuer nos petites recherches sur les téléphones…

Oui, Manu s’est mis dans l’idée d’offrir un smartphone à Nolwenn (pour ses 30 ans), parce que le retour approche, son téléphone n’arrive plus à ouvrir de pages internet et c’est bien moins cher ici !

Can I take a picture with you ?

Can I take a picture with you ?

On tente de se renseigner sur le « tax free », mais ici, c’est à la chinoise : 3 personnes derrière le comptoir, aucune ne parlant anglais, et malgré le gros panneau au-dessus de leur tête « tax-free », elles ne comprennent pas ce que c’est… On laisse tomber !

x

x

x

SONY DSC

Xi’an by night

On se baladera le long de ces immenses centres commerciaux, où les rues sont bien animées, mais les centres bien vides… C’est tout neuf, tout beau, mais il n’y a personne là-dedans, il n’y aurait pas un peu de spéculation immobilière derrière tout ça.. ? Une vraie petite bulle…

x

x

x

x

La mission « trouver une paire de chaussures taille 46 » se complique : les marques chinoises ne montent pas au-dessus du 44, il faut taper dans les occidentales telles que Puma, Adidas, … hors de prix ici. Hum… On finit par en rire, à voir leurs yeux ronds quand on montre sur la calculatrice « 46 ? » en désignant les pieds de Manu. Ils finiraient même par les prendre en photo, ses pieds !

 

Les illuminations, c’est leur truc, aux chinois. Et on peut dire qu’ils font ça bien. La tour de la Cloche avec sa petite copine la Tour du Tambour sont vraiment jolies de nuit.

x

SONY DSC

x

On faisait sonner la cloche le matin, et on frappait le tambour le soir, tout simplement !

 

x

x

L’incroyable armée enterrée de Xi’an

Le lendemain, on file visiter la fameuse armée de terre cuite, inscrite au patrimoine mondiale de l’UNESCO, un petit bijou de la folie des empereurs chinois.

 

C’est aussi l’un des lieux les plus visités en Chine. On se prépare psychologiquement, après notre aperçu de la foule chinoise à Zhangjiajie. ON EST PRÊTS !!!

 

10-entree-terra-cottaOn décide de prendre notre temps, en misant sur le fait que les groupes viennent à l’ouverture du site, … On arrive donc vers 12h sur place.

x

x

x

x

x

x

Mais, l’armée enterrée ou « Terracotta army », c’est quoi ?

Découverte en 1974, c’est une armée de plusieurs milliers de guerriers en terre cuite, ensevelis dans la terre, depuis plus de 22 siècles… C’est le mausolée de l’Empereur Qin, comprenant son tombeau et des fosses contenant cette fameuse armée de plus de 8000 soldats, encore partiellement enterrée.

 

La dynastie Qin est l’une des plus importantes dans l’histoire de Chine, avec la suivante, celle des Han, puisque toutes deux ont unifié et fortement développé le pays. L’empereur Qin est ainsi le premier Empereur de Chine, à… 13 ans ! Il voulait être enterré avec une armée reflétant sa puissance, pour continuer à combattre dans l’au-delà…

 

 

Il y a 3 fosses à visiter : 1, 2, 3 (en Chine, on ne cherche pas à faire compliquer). Le numéro 1 est le plus impressionnant, on fait donc la visite inverse de la normale pour terminer « par le meilleur ».

 

On entre donc dans la fosse n°3, et ressent tous les 2 une petite décharge électrique : OUAH ! C’est incroyable ! Un petit morceau d’histoire, à quelques mètres de nous, sous nos yeux… La fosse n°3 est la plus petite, et n’a pas été terminée : il manque des têtes ou des bras aux guerriers.

 

ILS SONT FOUS CES CHINOIS !

Fosse n°3 : 1er aperçu

Fosse n°3 : 1er aperçu

Guerriers incomplets

Guerriers incomplets

x

x

x

x

x

x

x

x

On part visiter la fosse n°2, en forme de vagues. Et oui, les fosses étaient creusées, pavées de briques, et entourées par une structure en bois qui ici, s’est effondrée, de par l’usure et le feu. D’où les « vagues ». Tout est organisé : il y a 4 unités, avec archers, des chars, des cavaliers et une infanterie. Une véritable armée !

13-pit2

Fosse n°2

x

SONY DSCMais on n’en voit pas grande chose, pour le moment… On note des traces de chars, et on apprend que des traces de chrome protégeant de la corrosion ont été retrouvées sur les armes : un procédé inventé par les allemands en 1937 !!!

x

x

Il ne lui manque pas quelque chose ?

Il ne lui manque pas quelque chose ?

La majorité des armes – réelles – ont été pillées les siècles suivant la mort de l’Empereur.

x

x

x

x

x

x

x

x

x

x

A la sortie, on rencontre… une famille de hippies chinois ! Oui, ça existe !

Les chinois hippies

Les chinois hippies

Notre curiosité est touchée, eux de mêmes. On discute – comme on peut – pendant 30min ; échangeant de grands sourires. Ils parcourent plus de 5000km en Chine en voiture en … 1 mois ! OUAHHHHHH ! Là, ça fait beaucoup ! Surtout avec une petite fille de 6 ans et un bébé !!! Hier, ils étaient à Chengdu, aujourd’hui, à Xi’an, en visite. Pffffff… C’est un peu le voyage de leur vie. Allez, il faut aller visiter le clou du spectacle avant l’arrivée des groupes chinois, on se serre les mains, de grands sourires… Une belle rencontre !

x

x

On arrive donc à la fosse n°3. Et effectivement, c’est IMMENSE : 230m par 62m ! Il y en a, des guerriers en terre cuite…. Pffffff…. On fait donc le tour, observant les détails.

Arrivée dans la fosse n°3

Arrivée dans la fosse n°3

x

Ça fait pas mal de soldats..!

Ça fait pas mal de soldats..!

Pour protéger les guerriers, on a du refermer certaines fosses : les bactéries / la moisissure endommageaient la terre cuite !

x

x

x

x

x

Les soldats sont « grandeur nature » voir plus grands que la normale de l’époque. Ils sont constitués d’un assemblage de pièces moulées et cuites séparément. Les artisans disposaient d’une 20aine de mentons / moustaches / yeux différents, donnant un air bien réel à l’armée !

SONY DSC

SONY DSC

x

x

x

x

x

x

SONY DSC

Miam Miam

Manu : «  ils vont finir par nous manger tout crus, ces chinois, avec leurs guerriers et leurs baguettes. J’ai peur. »

x

x

x

x

x

Bon, vous l'ouvrez, cette porte ?

Bon, vous l’ouvrez, cette porte ?

Nolwenn : « C’est comme s’ils attendaient depuis 2 000 ans qu’on leur ouvre la porte, ces pauvres guerriers, comme nos moutons en Bretagne, le matin,… »

x

x

x

x

 

On ressort des guerriers plein la tête, se répétant :

ILS SONT FOUS CES CHINOIS !

x

x

SONY DSC

Il nous reste un musée. 14h, c’est l’heure du débarquement. Visiter un musée avec des murs humains, menés par un guide armé d’un haut-parleur, et se bataillant pour être le 1er… Pas possible. Pour survivre, c’est bien la 1ère fois que je (Nolwenn) ai carrément donné un gros coup de coude à mon voisin qui me plaquait contre la vitre, Manu l’attaquant par le côté, yeux droits brandis sur sa cible, le faisant battre en retraite.

OK là, ça n’est plus une visite culturelle, on s’en va.

 

 

 

L’ultime mission « Acheter un billet de train »

SONY DSCDe retour de notre visite, on part pour notre dernière mission « achat de billet de train » : les trains de nuit se remplissent, surtout pour Pékin. On a 3 billets à acheter, on a noté quelques infos sur un bout de papier, avec surtout le nom des villes en chinois, et un joli dessin des couchettes pour préciser lesquelles nous souhaitons… On part au combat, entre la queue, les chinois qui grugent et les hôtesses qui ne parlent pas un mot d’anglais… Mais au final, avec le numéro de train et nos informations, notre hôtesse est hyper efficace, rapide, super ! On sort 1h plus tard armés de tous nos trains jusqu’à la fin du voyage. Ouf !

x

x

x

Etre une star, c’est pas facile tous les jours

x

28-amoureuse

x

On dîne dans un petit fast-food local plutôt pas mal, sous le regard ébahi de 2 jeunes à notre gauche. On leur sourit, elles n’en reviennent pas. Vont-elles s’évanouir .. ?

« I love you. Can I take a picture with you ? »

« Oui, bien sûr, je suis une star ici, j’ai l’habitude »

La voilà tellement heureuse, c’est déstabilisant… Elle revient 5min plus tard avec quelques mots en anglais sur son téléphone :

« Désolé, je ne parle pas anglais, mais je vais travailler dur à l’école. J’attends avec impatience la prochaine occasion de se rencontrer ».

Trop choupinou.

On la prend en photo avec son petit mot… Si ça peut lui faire apprendre l’anglais, tant mieux…

 

x

Allez, là, c’est l’heure d’aller se coucher, car demain… on se lève tôt pour affronter l’une des 5 montagnes sacrées en Chine : le mont Huashan. Un bon copain de Manu nous en a parlé su Skype il y a quelques semaines, ça n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd, surtout sujet au vertige : il est possible de faire la randonnée la plus dangereuse au monde ici, avec des passages où il faut marcher sur une planche en bois à 300m au-dessus du vide… Bon, cette partie, on verra…

x

L’étonnant Mont Huashan, l’une des 5 montagnes sacrées en Chine

x


L’entrée dans les parcs chinois, le pire moment !

Le lendemain matin, on se lève tôt – pour changer – et on file à la gare du TGV, qui nous amène en 30min dans la petite ville de Huashan. Sur place, c’est « un peu » l’anarchie. Il y aurait des bus gratuits pour aller au parc, on suit la foule, et on se bat littéralement pour rentrer dans le bus qui arrive, seul, pour un TGV entier… Quelle organisation ! On arrive tant bien que mal à rentrer. Ouf.

 

On arrive devant l’entrée du parc, et là, c’est un peu le drame : un brouillard épais bloque toute la vue. Ah ! La pollution (on en parle au prochain article) ! On y va tout de même ? Allez, on est là maintenant !

Superbe vue...

Superbe vue…

On prend donc nos billets, cherchant à expliquer que non, nous ne voulons pas prendre le téléphérique, mais marcher. On nous indique un parking, où attendre le bus. Soit. On y file, montrant où nous souhaitons aller. L’hôtesse nous fait signe que non, ça n’est pas ici. On ne parle pas chinois, elle pas anglais, il n’y a aucune indication. Grrrrrr. On paie 200 Yuans l’entrée, m@@@, on pourrait avoir une carte ou une indication pour se rendre au départ du trek !!! Allez, on retourne dans le hall central, on file vers un autre arrêt de bus… où on nous demande des tickets. Hein ? Grrrr

On retourne encore dans le hall, on refait la queue et on explique qu’on veut des tickets pour le bus, mais pas pour le téléphérique. Hein ? Bah Oui…

C’est 200 Yuans.

Quoi ?

Oui, 200 Yuans, pour le bus, aller simple.

Quoi ?

Pour 10min de bus ?

On montre le chiffre 200 sur notre téléphone, et elle nous regarde éberluée. Là, elle devient rouge écarlate.

No, no TWENTY

Ah ! TWENTY : 20 !!!

Hiiiiiii

On sourit aussi, soulagés, allez, c’est pas grave, on va y arriver !


 

C'est parti !

C’est parti !

Un bus plus tard, on quitte nos amis chinois et on trouve le début du chemin mais… c’est fermé ! Quoi ? Ah non ! Il y a un gardien, juste à côté, trèèèèès occupé à jouer avec son téléphone. On se regarde. Ni 1 ni 2, on passe sous le fil et on s’élance rapidement sur les 1ères marches, filant avant que notre ami ne se bouge (si cela arrive parfois…). Et on espère que le chemin est bien ouvert !!!!

x

x

On se retrouve donc…

SEULS.

GE-NI-AL.

Seuls

Seuls

On savoure, le son de la nature, rien qu’à nous. Comme à l’habitude dans les parcs ici, nous voilà à arpenter des escaliers en pagaille. Pour le moment, tout va bien, rien de bien vertigineux. On croise des chinois rénovant le chemin, rien de bien méchant, on s’échange des sourires.

x

x

x

x

On arrive alors sur une portion bien plus corsée… fermée elle aussi. En réalité, toutes les portions un peu vertigineuses sont – ou vont être – fermées, avec un chemin bis très facile réaménagé. Manu a envie de se tester, lui et son vertige, et passe dessous la barrière, grimpant sur l’un des escaliers pentu à 90°C on dirait. Nolwenn le suit des yeux, seulement. Pas très rassurée. Mais ça passe !

Allez, je la tente...

Allez, je la tente…

...et ça passe

…et ça passe

x

x

x

x

x

x

x

x

x

x

On continue notre route, jusqu’à arriver à une portion bien vertigineuse, à même la roche et bien à pic, mais cette fois-ci, on s’élance tous les 2. L’adrénaline monte bien, mais ça se fait bien, on prend même temps de faire quelques photos.

Vous le voyez ?

Vous le voyez ?

x

Sympa la vue, non ?

Sympa la vue, non ?

On arrive en haut 1h30 plus tard, sous le regard imperturbable d’un autre garde. Tant mieux pour nous ! Nous voilà au pic Nord… où la vue est complètement masquée par le smog… Grrrrr…

x

x

x

x

x

On décide de continuer doucement vers les autres pics, dont la vue est bien plus réputée, passant par une crête aux escaliers interminables, et avec du monde ! Mais ça va, ça avance, et la vue commence à se dégager, on espère !

Crête vertigineuse, ...

Crête vertigineuse, …

...100% escaliers!

…100% escaliers!

x

x

x

x

x

x

x

x

x

x

Finalement, on arrive en haut et le temps de pique-niquer (sous les regards surpris des chinois), et la vue s’est complètement dégagée. Superbe !

Vue dégagée (avec le smog en arrière-plan)

Vue dégagée (avec le smog en arrière-plan)

 

On ne s’attendait pas à trouver ça aussi beau. Ce blanc, aux pentes à pic, c’est vraiment beau. Nous voilà heureux, trempés de sueur et les cuisses en feu.

 

On file vers le pic Est, avec des vues qu’on ADORE.

SONY DSC

SONY DSC

x

x

x

x

x

x

Temple sur la route

Temple sur la route

On tente de trouver le début du chemin sur la fameuse planche en bois dans le vide, mais nous sommes le week-end, et il y a une queue pas possible. On n’a pas la foi.

x

x

x

x

On passera au pic Sud sur le chemin du retour, avec des vues toujours très sympas…

40-pic-est

x

SONY DSC

On se perdra dans cette masse humaine pour redescendre vers le pic Nord, retrouver le chemin que l’on souhaite prendre dans une autre vallée. On a 4h pour arriver en bas avant le dernier bus, ou alors prendre le train – bien plus rapide – plus tard. Pas de stress. Mais l’envie d’en finir un peu quand même nous fait mettre les gaz.

x

x

xAhhhhhh les escaliers, on se dit que c’est bien la dernière fois, ON N’EN PEUT PLUS !

 

On arrive à 17H45 en bas, heureux ! Paf, on tente de prendre un taxi pour la gare (30min de train contre 2h de bus…), mais ils nous demandent des prix exorbitants. On s’engouffre donc dans le bus 10min avant son départ et on sombre dans une sieste comateuse.

Avant le coucher du soleil...

Avant le coucher du soleil…

 

2h plus tard, on arrive à Xi’an, sans aucun problème, on dégote un buibui adorable, avec une femme aux petits soins qui nous fait du bien, et un voisin qui insiste pour faire gouter un alcool bien fort à Manu, qui se prête au jeu, enfilant 2 culs secs – la coutume locale. Pffff, là, on va s’écrouler sur place. Vite, on file à l’hôtel et on sombre littéralement.

x

Remparts de Xi'an en soirée

Remparts de Xi’an en soirée

x

x

Une dernière journée dans les rues de Xi’an

x

Beiyuanmen

Beiyuanmen

Le lendemain – après une bonne grasse matinée – on se balade dans les rues de Xi’an. On passera surtout dans le quartier musulman de la ville, quartier historique, datant de l’époque où Xi’an était le point de départ de la route de la soie…
x

x

x

x

Rencontre...

Rencontre…

Quel mélange étrange que le Moyen-Orient et l’Asie, dans les rues de Xi’an. Ici, ça vit, ça fume, ça sent bon, c’est un régal pour les yeux !

x

x

x

x

x

SONY DSC

SONY DSCx

x

x

x

x

x

On en profite pour visiter la grande mosquée, atypique, construite selon une architecture chinoise. C’est la plus grande mosquée de Chine, construite en 742… !

47-2-mosquee

Porte principale

Bois gravé

Bois gravé

x

x

x

x

x

x

x

x

Enfin, encore un peu de centres commerciaux (on ne se lasse pas), en même temps, on pourrait dire que Xi’an est un champs de « mall »…

Un "petit" centre commercial chinois

Un « petit » centre commercial chinois

 

Surtout beaucoup de repos en fin d’après-midi… avant de ressortir le soir pour aller voir le spectacle de fontaine à eau donnant sur la grande pagode de l’oie sauvage. Cela serait le plus grand d’Asie… Bon, c’est beau, mais pas autant que celui de Lima, au Pérou ! Au lit !

x

SONY DSC

c

x

x

x

Pingyao, la beauté et le calme d’une ville historique

 

On reprend donc le TGV le lendemain matin en direction de Pingyao. Dernière étape avant Pékin !

 

Pourquoi Pingyao ?

C’est une ville au charme fou, fondée sous la dynastie des Qin (les mêmes que l’armée enterrée de Xi’an), et qui a connu son heure de gloire au XIXème siècle, quand elle devient la capitale financière de la Chine. Rien que ça ! Oui, ses marchands ont inventé la monnaie papier…

x

x

Pâtes cheminées

Pâtes cheminées

On arrive à 12h, dans notre petite guesthouse, très sympas. C’est calme, familial : REPOSANT. On goûte aux spécialités locales, pas mal !

x

x

x

x

x

x

x

x

x

Et hop ! On file visiter la vieille ville de Pingyao. Ce fut d’ailleurs le programme des 2 jours suivants, en mode COOL. Visites entre maisons d’époque, banques, et temples. C’est beau !

x

SONY DSC

x

On tombe tout de suite sous le charme de cette ancienne cité. Si on enlevait les voitures électriques et leur klaxon, les parasols multi couleurs, c’est sûr, on remonterait facilement 200 ans en arrière… !

x

SONY DSC

x

Pingyao est entourée d’une muraille, bien rénovée, sur plus de 6,5km. Quand même ! On marchera une petite heure dessus, appréciant un moment de solitude…

SONY DSC

57-1

x

x

x

x

x

x

x

x

x

x

La banque la plus célèbre, la banque Rishengchang : c’est la 1ère à ouvrir en 1823. Toute une organisation avec la salle du manager, la salle du comptable, les chambres pour accueillir les visiteurs, la chambre du banquier, …

SONY DSC

SONY DSC

x

x

x

x

x

x

On visitera plusieurs demeures traditionnelles, découvrant avec plaisir chaque détail. C’est beau !

x

SONY DSC

xx

x


Hors sujet

les photos des chinois qui font la sieste, on ne s’en lasse pas… et une nouveauté : les pantalons des bébés / enfants en bas âge, sous le même modèle, parés aux éventualités. On s’y est habitué, après 1 mois.

Article 49

Article 49

Le pantalon chinois

Le pantalon chinois

x

x

x

x

x

x

x

x

x


x

Dans les rues de Pingyao…

x

SONY DSC

xx

x

On s’étonnera du temple taoïste Qingxuguan, qui nous a beaucoup plu, avec ses 2 gardes. Totalement désert, nous avons particulièrement apprécié.

SONY DSC

SONY DSCx

x

x

x

x

x

On visitera également l’ancien siège du gouvernement, avec un joli petit jardin.

SONY DSC

SONY DSC

x

x

x

x

x

x

x

xx

x

x

xx

Dans les rues de Pingyao…

SONY DSC

x

x

x

Allez, hop! Un nouveau temple, le temple de Confucius. C’est l’un des plus vieux. Des chinois viennent se prosterner ici, devant sa statue, avec ses disciples.

SONY DSC

A l’intérieur

Bienvenue chez Confucius

Bienvenue chez Confucius

x

x

x

x

x

x

x

On déambule au hasard, dans les rues de Pingyao, appréciant le détail de l’architecture. On retrouvera d’ailleurs de nombreux motifs à Pékin bientôt…

SONY DSC

SONY DSC

x

x

x

x

x

x

C’est en se perdant dans les rues que l’on tombe sur une demeure immense, d’un personnage important de la ville. On y passe facilement plus d’une heure, passant de petites cours en petites cours, entre le 1er et le 2ème étage. Pffff c’est beauuuuuuu ! Certainement l’une de nos préférées.

x

x

En parlant de préféré, notre temple favori est bien le temple des dieux de la cité.

xx

SONY DSC

x

Entrée du temple

Entrée du temple

Dieu de la cité

Dieu de la cité

x

x

x

x

x

x

x

xA l'intérieur

xx

x

Et voilà, 3 jours de visite à un rythme relax, ça donne ça. On aura beaucoup apprécié !

SONY DSC

xx

Il est temps de prendre notre dernier train de nuit, en direction de … PEKIN ! Sa cité interdite, la grande muraille, etc… On va encore en prendre plein la vue, dans l’une des plus grandes villes au monde… Aïe aïe aïe !

See you soon !

See you soon !

x

x

x

x


Article écrit à Kathmandou, au Népal. Nous nous apprêtons à partir en trek de 10 à 20 jours dans l’Himalaya, où nous fêterons nos 2 ans de voyage… Nous sommes évidemment hyper excités, l’Himalaya, un rêve!

x

Pas de nouvelles d’ici là donc, on postera Pekin à notre retour, dernière étape, un sacré beau morceau de la Chine !

 

 

4 commentaires

  1. Delphine   •  

    Ne perd pas espoir Manu, tu trouveras peut etre du 46 a Katmandu! Bon trek dans les Himalayas :-)

  2. Delphine   •  

    et Nolwenn, vu que tu es une star, je vais garder tes petits mots datant de la prepa pour quand ta celebrite eclatera en Occident, ca vaudrait de l’or :-)

  3. Jj   •  

    Complètement dépaysés et étourdis par tous ces changements…..
    Bon trek , vous êtes bien entraînés à grimper normalement avec tous ces escaliers….

  4. Nico   •  

    Sympa encore mais je dois avouer que je suis plus impatient de lire le trek au Népal plutôt que ces petits moments historiques.
    Hâte de voir la suite…Whaouh, 2 ans, c’est énorme!
    A+
    Nico

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>